UMP : LES OGM on AIME

Publié le par Christophe Rossignol

Tollé à l'UMP contre la suspension des OGM Guillaume Perrault Le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, déplore le choix du gouvernement. Les députés UMP montrent les dents. D'ordinaire placides et bienveillants envers le gouvernement, ils n'avaient pas de mots assez durs, lundi, pour critiquer sa décision de suspendre, au nom du principe de précaution, l'unique variété d'OGM cultivée en France, le maïs MON810. François Fillon a compris très tôt que ce serait une mauvaise journée. Au petit déjeuner hebdomadaire qui réunit à Matignon le premier ministre et les principaux responsables de l'UMP, le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a violemment attaqué le secrétaire d'État à l'Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet. Jugeant scandaleux que celle-ci ait embrassé José Bové devant les caméras de télévision, Bernard Accoyer a craint que «ces images donnent aux Français l'impression que le gouvernement a cédé devant Bové et sa grève de la faim». Les propos du président de l'Assemblée ont sonné comme une demande de démission de Nathalie Kosciusko-Morizet, avant que François Fillon ne parvienne à donner un tour plus détendu à la conversation. Mais Bernard Accoyer, pourtant peu habitué à s'opposer au gouvernement, était décidé à ne pas en rester là. De retour à l'Assemblée, ce médecin de profession a regretté publiquement le fait qu'«un scientifique devant son microscope, même auréolé du prix Nobel, sera toujours, au journal télévisé de 20 heures, moins médiatique qu'un faucheur volontaire qui vient de détruire une parcelle de culture OGM au mépris des années de travail de recherche, des enjeux alimentaires et des enjeux biomédicaux». Fustigeant «les peurs irraisonnées et les discours dogma­tiques», Accoyer a dénoncé «un nouveau procès en hérésie» contre les OGM. La multiplication des comités d'experts irrite Cette charge a valu au président de l'Assemblée d'être longuement applaudi par les députés UMP pendant leur réunion de groupe, tant ceux-ci sont excédés par la multiplication des comités d'experts qui décident à la place des élus. «J'ai été prévenu de la décision du gouvernement une heure avant l'annonce officielle par un simple SMS du ministre de l'Agriculture», a témoigné Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques. «Les députés UMP comprennent le ­compromis politique qu'est le “Grenelle de l'environnement”, mais ils n'acceptent pas le renoncement scientifique», a ajouté Jean Leonetti (Alpes-Maritimes), premier vice-président du groupe UMP et lui aussi médecin. Interpellant Jean-Louis Borloo dans l'Hémicycle, Christian Jacob (Seine-et-Marne) a fustigé «l'ex ploitation médiatique scandaleuse» du dossier des OGM par José Bové. «Sur la base de quels faits scientifiques précis allez-vous recourir à la clause de sauve garde ?» l'a-t-il interrogé. Mal à l'aise, le ministre de l'Écologie et du Développement durable s'est borné à répondre que la Haute Autorité provisoire sur les OGM avait «souhaité à l'unanimité l'application du principe de précaution» à l'égard du maïs MON810. Une affirmation que contestent de nombreux députés UMP. Invité à conclure par Accoyer, en raison de la longueur de sa réponse, Borloo n'a pas caché son irritation. Se tournant vers le «perchoir», le ministre a lancé sur un ton aigre-doux : «Monsieur le président, vous vous êtes exprimé, permettez-moi d'en faire autant.» http://www.lefigaro.fr/politique/2008/01/16/01002-20080116ARTFIG00006-tolle-a-l-ump-contre-la-suspension-des-ogm.php

Commenter cet article

nativelle 24/01/2008 18:54

L’incompétence du gouvernement
En découvrant l’immobilisme de la préfecture de CAEN sur l’affaire de pollution de la ZNIEFF de Cabourg, nous ne pouvons que constater l’impuissance et le j’menfoutisme des gens qui gouvernent ce pays.
La communauté de commune a pour obligation de trouver un terrain pour les gens du voyage (grand passage). Mais voila, en Normandie, certains maires ne veulent pas êtres ennuyés avec ces gens la et on les embourbes dans une zone naturelle remarquable ZNIEFF (type1et2), zone inondable et sur un terrain ou poussent bien évidement des plantes plus que protégées (Nivéoles). Quatrième année que la préfecture et la communauté de commune prennent cet endroit pour une décharge à ciel ouvert http://cabourgeais.ifrance.com/
C’est du provisoire, on cherche un autre endroit, etc etc. ils vont même jusqu'à nous baratiné en disant (nous avions plusieurs terrains mais ils ne conviennent pas car ils ne sont pas accessibles et n’on pas d’arrivée d’eau). Le gouvernement prend les Français pour quoi ???
Celui la en ZNIEFF n’avait pas d’arrivée d’eau, ça a coûté la peau des fesses, mais vous l’avez amenée. Il n’était pas accessible, ça a aussi coûté la peau des fesses, mais vous l’avez rendu accessible.
Le ministère de l’environnement est complètement absent dans cette région, on déverse dans la rivière des centaines de litres de fioul, huile de vidange, javel, toilettes chimiques etc. Les poubelles, la ferraille et tous ce que l’on peut y jeter. La préfecture nous ment, elle ose dire qu’en 2007 il y avait des toilettes ! C’est lamentable. La communauté de commune ment autant en disant que les gens du voyage ne sont la que 2 mois, alors qu’ils sont la plus de 6 mois ! C’est pitoyable.
En fin de saison je retrouve les animaux sauvages avec du pus dans les yeux, ou tout simplement crevés à la surface de l’eau. La préfecture ne déplace personne pour constater non, elle préfère étouffer cette affaire qui pue.
Alors quand j’entend parler de grenelle, de développement durable, que le gouvernement à fait de l’environnement une priorité et que je vois cela http://nativelle.over-blog.com/
Croyez bien que je « pleure de rire » en regardant tous ces ministres avec leur grand sourire sortant de l’Élisée, ils me font vraiment penser à ceux des guignols sur canal à la différence que ceux des guignols paraissent plus crédibles.
Nativelle P Cabourg