Les Verts parient sur les élections municipales pour se relancer

Publié le par Christophe Rossignol

Les Verts parient sur les élections municipales pour se relancer http://www.lemonde.fr/municipales-cantonales/article/2008/01/28/les-verts-parient-sur-les-elections-municipales-pour-se-relancer_1004511_987706.html LE MONDE | 28.01.08 | 13h58 • Après des mois de flottement, les Verts se sont dotés d'une stratégie électorale, samedi 26 janvier lors de leur conseil national, réuni à Paris. Une lettre de cadrage a été adoptée à la quasi-unanimité ainsi qu'un "manifeste pour une ville en Vert". Pour une fois, les cadres du parti se sont mis d'accord sans trop d'accrocs. Ainsi les Verts ont décidé d'"être présents dans le plus grand nombre de communes". Ils se présenteront soit en "autonomes" avec leur seul logo, soit sur des "listes menées par les partenaires de gauche ou des Verts". Exit donc toute alliance dès le premier tour avec le MoDem. La seule entorse tolérée est la présence de candidats du parti de François Bayrou sur des listes de gauche, à condition qu'ils acceptent de "faire battre la droite au second tour". Les - rares - élus écologistes tentés par un rapprochement avec le MoDem sont prévenus : ceux qui se présenteraient sur une liste des amis de M. Bayrou seraient exclus. Pour l'heure, les Verts veulent montrer qu'ils sont indispensables dans les villes qu'ils gèrent avec la gauche. Les alliances avec le PS concernent 80 % des listes sur lesquelles des Verts se présentent. Sur les 37 villes de plus de 100 000 habitants, seules 12 sont concernées par des listes purement Vertes, comme Paris, Lille, Grenoble, Rennes ou Montpellier. Samedi, le slogan de campagne du parti écologiste, "Avec les Verts, c'est utile", s'affichait sur les murs du conseil national, et les dirigeants se sont relayés pour mobiliser les troupes, forts des sondages qui donnent aux listes écologistes entre 8 % et 10 % selon les villes. "La marque Verte existe ! La preuve, c'est qu'on vient partout nous chercher", assure Jean-Vincent Placé, vice-président de la région Ile-de-France. "CRÉDIBILITÉ LOCALEMENT" Les écologistes sont persuadés que l'épisode désastreux de la présidentielle, lorsque leur candidate a péniblement atteint 1,57 %, est derrière eux. "La crédibilité Verte localement est bien plus importante que notre image nationale ne le laisse penser. Les gens voient notre utilité dans les municipalités", estimait Denis Baupin, tête de liste à Paris. Dans une allusion claire à ses démêlés avec Bertrand Delanoë, l'adjoint au maire de Paris a lancé : "Nous devons revendiquer que pour faire de l'écologie, il y a besoin d'écologistes, et que faire de l'écologie nécessite une rupture." Après les élections de 2001, qui ont déjà vu l'arrivée de quelque 2 000 élus municipaux Verts, le parti écologiste espère un meilleur cru. "Mécaniquement, avec le regain attendu de la gauche, on devrait progresser", veut croire Michel Bock, délégué aux élections. Un avis partagé par Ronan Dantec, adjoint à l'environnement à Nantes : "On va montrer qu'il n'y a pas d'effondrement des Verts, affirme-t-il. Les municipales vont être la première marche de la relance de la dynamique Verte." Sylvia Zappy

Commenter cet article