OGM : "l'enterrement du Grenelle"

Publié le par Christophe Rossignol

OGM : les écologistes dénoncent "l'enterrement du Grenelle" LEMONDE.FR | 08.02.08 | 20h56 • Mis à jour le 08.02.08 | 21h01 Du maïs génétiquement modifié. Le projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) qu'a adopté le Sénat, vendredi 8 février, a été vivement dénoncé par les écologistes. Adopté par 186 voix, contre 128 – celles de la gauche–, le texte vise à clarifier les conditions de mise en culture de plantes transgéniques et de leur coexistence avec les productions conventionnelles, dans le respect d'une directive européenne de 2001, que la France aura longtemps tardé à transcrire en droit national. Mais selon les Verts, les amendements adoptés par les sénateurs reviennent littéralement à "enterrer l'esprit du Grenelle" de l'environnement, selon les mots de Cécile Duflot, secrétaire nationale du parti écologiste, qui estime que "c'est extrêmement déprimant". Les associations écologistes sont également montées au créneau. Arnaud Apoteker, responsable de la campagne anti-OGM de Greenpeace, a dénoncé "une véritable catastrophe" qui "organise une contamination génétique de l'ensemble du territoire de l'agriculture française et de notre alimentation". Il critique également la création du "Haut Conseil des biotechnologies", venu remplacer la "Haute Autorité sur les organismes génétiquement modifiés", qui redonne, selon lui, une prééminence à la science dure sur la société civile. Un autre amendement a également été adopté par les sénateurs créant un "délit de fauchage" de champ OGM, passible de deux ans de prison et de 75 000 euros d'amende. "Un cadeau fait aux lobbies", selon la secrétaire nationale des Verts. Le projet de loi doit maintenant être examiné les 3 et 4 avril par les députés. En attendant, les écologistes entendent maintenir la pression. "Il faut vraiment que les députés comprennent que les citoyens ne veulent pas des OGM et que l'avenir de notre agriculture passe par la production de qualité, et qu'accepter les OGM avec aussi peu de restrictions et de précautions que c'est fait aujourd'hui va vraiment tuer l'avenir de l'agriculture française", lance Arnaud Apoteker. Raphaëlle Besse Desmoulières http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2008/02/08/ogm-les-ecologistes-denoncent-l-enterrement-du-grenelle_1009330_3244.html Le Sénat crée un "délit de fauchage" pour la destruction de champ OGM Alors que le ministre de l'écologie, Jean-Louis Borloo, a annoncé, jeudi 7 février, que le gouvernement déposerait officiellement vendredi la clause de sauvegarde contre le maïs Monsanto 810 – seul maïs génétiquement modifié cultivé en France –, le Sénat a, de son côté, adopté jeudi un amendement au projet de loi sur les OGM, qui instaure un "délit de fauchage". Cet amendement du rapporteur Jean Bizet (UMP), adopté au terme d'un long débat passionné, prévoit deux ans de prison et 75 000 euros d'amende, en cas de destruction ou de dégradation d'une parcelle de culture de plantes transgéniques. L'amendement prévoit des circonstances aggravantes lorsque la destruction porte sur un essai de recherche, la peine pouvant alors être portée à trois ans de prison et 150 000 euros d'amende. La gauche a vivement protesté contre cette disposition qui, s'est étonné l'ancien ministre socialiste Michel Charasse, revient à distinguer pénalement la destruction d'un champ d'OGM de celle d'un champ de culture conventionnelle. Jacques Muller (Verts) a pour sa part jugé disproportionnée la peine de 75 000 euros. http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2008/02/07/le-senat-cree-un-delit-de-fauchage-pour-la-destruction-de-champ-ogm_1008831_3244.html

Commenter cet article