OGM : un député UMP dénonce les «pressions» des lobbies

Publié le par Christophe Rossignol

C´est pas dans une "feuille de chou gauchiste", c´est pas des élucubrations d´écologistes qui veulent revenir a la lampe a pétrole.....
OGM : un député UMP dénonce les «pressions» des lobbies
Propos recueillis par Samuel Laurent (lefigaro.fr) 08/04/2008 | Mise à jour : 13:28 |
http://www.lefigaro.fr/politique/2008/04/08/01002-20080408ARTFIG00446-ogm-un-depute-ump-denonce-les-pressions-des-lobbies.php
Le député UMP François Grosdidier ferraille contre le lobby pro-OGM à l'Assemblée. Il détaille pour lefigaro.fr les raisons de son combat, qui l'amène à s'opposer à des parlementaires de son parti.
François Grosdidier, député de Moselle, a fait adopter mardi soir avec Yves Cochet et le communiste André Chassaigne un amendement qui torpille celui de la Commission des affaires économiques de l'Assemblée, et va dans le sens de plus de transparence en matière d'information sur les OGM. Une indépendance qu'il estime justifiée par des considérations avant tout éthiques. Entretien.
Pourquoi vous placer en porte-à-faux avec une partie des parlementaires UMP ?
J'estime que les enjeux sont énormes et importants. Les amendements adoptés par le Sénat et repris par la Commission des affaires économiques sont en contradiction avec l'esprit du Grenelle de l'environnement et avec les attentes de la société française. Certains voudraient tout faire pour mettre en place un système verrouillé et opaque, dans le but de diffuser rapidement et massivement les cultures OGM. Ce groupe d'élu est en complet décalage culturel et générationnel. Pour moi, le texte qu'ils voulaient faire passer constitue une faute morale. L'humanisme implique à mon avis de faire passer les questions sanitaires et environnementales au-dessus des autres considérations.
A titre personnel, vous êtes hostiles aux cultures OGM ?
Pas du tout. Je ne suis pas hostile à priori aux cultures OGM, mais je souhaite une transparence maximale. Je voterai contre tout amendement qui ne garantira pas cette transparence. Dans le groupe UMP, nous avons toujours eu une liberté de vote sur des questions éthiques. J'estime que c'est le cas. Et quand il s'agit de questions de transparence et de santé publique, je n'ai aucun état d'âme à voter avec l'opposition. D'ailleurs, je reçois énormément de mails de sympathisants UMP qui me disent « vous avez raison, on n'a pas voté pour ce parti ou adhéré pour les OGM ».
Qui sont ces élus contre lesquels vous vous battez ?
Un petit groupe, notamment au sein de la commission des affaires économiques, qui postule l'innocuité des OGM et juge leur impact sur l'environnement insignifiant. Ce groupe veut rompre avec l'équilibre du Grenelle. Cette nuit, la violence de leurs prises de positions concernant un arrêté qui donnait au seul ministre de l'Agriculture la compétence d'autoriser une mise en culture d'OGM, alors que le texte original stipule que la décision doit être prise conjointement par les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement, a achevé de me convaincre. Je trouve aussi qu'instituer un délit de fauchage spécifique est stupide. Le droit commun suffit pour faire condamner un faucheur. Faire du caractère OGM du champ fauché une circonstance aggravante revient à transformer les faucheurs en martyrs. C'est une erreur politique.
Les parlementaires subissent-ils des pressions sur le sujet ? Lesquelles ?
Personnellement, j'en subis peu, mais j'ai la réputation d'y être peu sensible. D'autres que moi y ont eu droit, effectivement. Les lobbies travaillent très en amont, au niveau des départements, des circonscriptions. Ils passent par les syndicats agricoles pour menacer les parlementaires. Dans leur grande majorité, mes collègues de l'UMP voudraient préserver l'équilibre obtenu lors du Grenelle. Plusieurs seraient prêts à s'abstenir ou à voter contre des amendements qui iraient trop loin dans l'autre sens.
Dans ce débat, comment se situent les ministres et Nicolas Sarkozy ?
Jean-Louis Borloo ou Nathalie Kosciusko-Morizet sont visiblement mal à l'aise sur le sujet, c'est visible. Ils aimeraient préserver le texte original. Michel Barnier, me déçoit. Il reste dans une position de ministre de l'Agriculture, beaucoup plus productiviste qu'écologiste. Quant à Nicolas Sarkozy, j'estime que le fait qu'il n'ait pas abordé la question des OGM lors de son discours devant la FNSEA (principal syndicat agricole, favorable à la culture OGM, NDLR) signifie qu'il veut rester fidèle à l'esprit du Grenelle. Mais c'est encore un long combat. Mes adversaires sont déterminés, et ils ne s'arrêteront pas. La question reviendra sur la tapis tôt ou tard.

Commenter cet article