OGM, la victoire du lobbying, la défaite de la raison

Publié le par Christophe Rossignol

Après l'adoption de la loi OGM, la gauche dénonce la victoire du lobbying LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 09.04.08 |
L'opposition dénonce la victoire du "lobbying" et estime que "le Grenelle est mort"
Après l'adoption, mercredi 9 avril, du projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) à l'Assemblée nationale, le porte-parole du groupe socialiste sur le projet de loi OGM, Germinal Peiro, a estimé qu'"aujourd'hui le Grenelle est mort". Il a également pointé l'absence de la secrétaire d'Etat à l'écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, interdite de banc par le premier ministre pour avoir dénoncé dans Le Monde "un concours de lâcheté" au sein de la majorité.
Julien Dray, porte-parole du Parti socialiste, a compati au "chemin de croix" de la secrétaire d'Etat à l'écologie. Pour lui, il "y a eu un lobbying extraordinaire des pro-OGM auprès des parlementaires UMP qui ont été outranciers dans l'adhésion au scientisme le plus bas". Toutefois, selon M. Dray, "les amendements adoptés font que la loi n'a plus la portée qui était initialement prévue, c'est-à-dire de permettre la culture des OGM". Et "c'est tant mieux, car c'était une aventure scientifique qui nous était proposée, avec des véritables dangers".
L'orateur du groupe GDR, Yves Cochet (Verts), a également salué "le courage" de Mme Kosciusko-Morizet. Les Verts ont fait savoir qu'ils publiaient sur leur site Internet le vote de chaque député, disponible par ailleurs sur le site de l'Assemblée. "Une manière pour toutes et tous de savoir pour qui l'on vote : pour l'intérêt général ou l'intérêt des semenciers ? Pour le libre choix de l'usager ou pour l'impossibilité de savoir ce qu'on aura dans son assiette ? Pour une mainmise sur l'agriculture par les semences ou pour une agriculture qui préserve l'indépendance des paysans ?", précise le parti écologiste.
"Le lobby des OGM a gagné, le Grenelle est enterré, a affirmé l'ancienne ministre de l'environnement et membre du MoDem Corinne Lepage. Le gouvernement est en train de prendre la responsabilité historique de mettre en cause la santé des Français."
Le ministre de l'écologie, Jean-Louis Borloo, s'est défendu de ces attaques en saluant un texte qui "n'est ni pro ni anti OGM. Il est probablement un des textes les plus précautionneux au monde qui ait été présenté dans un parlement pour ménager à la fois la recherche et la précaution."
Greenpeace a critiqué l'adoption par l'Assemblée d'un texte "torché et irresponsable". "En votant une loi génétiquement modifiée au profit d'une poignée d'industriels, la majorité UMP est manifestement passée à côté de l'Histoire et de la volonté des Français", estime l'organisation écologiste dans un communiqué.
"Comme au Sénat, la frange la plus rétrograde de la majorité UMP s'est allégrement assis sur le Grenelle, sur le principe de précaution, sur la directive européenne qu'elle était censée traduire en droit français et sur le souhait des citoyens", a notamment déclaré Arnaud Apoteker, de Greenpeace France.
Lylian Le Goff, expert en biotechnologies à la fédération France Nature Environnement (FNE, 3 000 associations), a de son côté regretté que la notion de préjudice écologique ait été évacuée du texte. Ce qui impose aux producteurs de bio ou d'AOC de prouver, à leur frais, que leurs productions ne sont pas contaminées. "A terme, cela signifie que les filières garanties sans OGM seront plus chères que les filières OGM", a expliqué M. Le Goff.

Commenter cet article