Le Conseil National des Verts vu par l´AFP

Publié le par Christophe Rossignol

Le Conseil National des Verts selon l´AFP.
C´est essentiel l´AFP, lorsqu´elles sont reprises les dépêches fournissent la base voire la totalité des articles publiés par la presse régionales ainsi que de nombres sites Internet.
A lire ces deux articles on pourrait pourtant croire que les Verts ne sont sont souciés que des prochaines élections :
ce ne fut bien sur pas le cas, les Verts ont débattues également de l´avenir de l´Europe, de la crise alimentaire, de l´éducation, du changement climatique, du nucléaire, de la santé....
De larges extraits seront visibles sur le site des Verts : http://www.lesverts.fr/  
Christophe Rossignol
Les Verts invitent officiellement Bové, Cohn-Bendit et Hulot à leurs journées d'été
PARIS, 14 juin 2008 (AFP) - Les Verts ont invité officiellement samedi José Bové, Daniel Cohn-Bendit et Nicolas Hulot à participer à leurs journées d'été prévues en août à Toulouse, "à un débat" "sur le projet politique et les conditions d'un rassemblement des écologistes" pour les européennes de 2009.
Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts qui a rencontré récemment ensemble l'altermondialiste José Bové et le co-président des Verts au Parlement européen Daniel Cohn-Bendit, a indiqué lors de leur Parlement (CNIR, Conseil national inter-régional), que tous deux avaient réservé les dates des journées d'été des Verts "dans leur agenda".
Interrogée par l'AFP, elle a jugé que "cela donnait un vrai signal, celui de la réconcilation" depuis le référendum européen de 2005.
Les Journées d'été des Verts sont prévues du 21 au 23 août à Toulouse.
Donnant suite à l'appel lancé par Bernard Jomier des Verts Paris à la mi-avril et signé par 400 membres des Verts, les "Cniriens" ont voté un amendement indiquant: "Nous inviterons notamment José Bové, Dany Cohn-Bendit et Nicolas Hulot à participer à un débat, lors des Journées d'été sur le projet politique et les conditions d'un rassemblement des écologistes pour les Européennes de 2009".
Les Verts ont voté également un amendement stipulant que "le CNIR de septembre débattra des modalités concrètes (calendrier, modes de désignation des candidats..) de préparation du projet européen dans le cadre d'un rassemblement des écologistes et en lien avec le PVE (Parti Vert européen)".
Enfin, les écologistes ont voté pour "appeler à la constitution de listes écologistes de rassemblement pour les européennes de juin 2009.
Politiquement autonomes, ces listes proposeront un projet pour l'Europe fondé sur les valeurs de sobriété, de solidarité et de décroissance de l'empreinte écologique".
Sénatoriales: les Verts déplorent une "fin de non-recevoir" du PS
15/06/2008 PARTIS-VERTS-PS-ÉLECTIONS-SÉNAT - Monde (FRS) - AFP
PARIS, 15 juin 2008 (AFP) - Les Verts qui souhaitaient engager une discussion avec les partis de gauche en vue des sénatoriales de septembre, ont déploré dimanche une "fin de non-recevoir" du PS et ont annoncé vouloir présenter des candidats dans tous les départements.
Réunis pour leur "Parlement" (CNIR, Conseil national inter-régional), les Verts qui comptent 5 sénateurs, ont affirmé avoir demandé en vain au PS trois sièges de sénateurs lors du renouvellement de septembre.
Ils ont voté dimanche, à l'unanimité moins une abstention, une motion indiquant qu'ils "présenteront des listes et des candidatures dans tous les départements".
"Dans l'analyse des municipales et cantonales, suite à de bonnes régionales, les Verts considèrent que le rassemblement de la gauche et des écologistes peut faire gagner de 10 à 15 sénateurs. Les Verts estiment que, pour le pluralisme existe, demander 3 sénateurs n'est pas une position maximaliste" mais "une position juste", a souligné auprès de l'AFP Michel Bock, délégué aux élections.
"A ce jour, nous n'avons reçu aucune réponse de la part de la direction du PS", a-t-il poursuivi.
Pour Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, interrogée par l'AFP, "on peut considérer que, parfois, le PS est désagréablement hégémonique, mais là, il est bêtement stupide, car sans nos voix, il risque de gagner beaucoup moins. Au moment où le PS insiste sur la réforme nécessaire du Sénat, c'est incompréhensible". "La raison invoquée est qu'ils n'arrivent pas à trouver une solution avec leurs fédérations", a affirmé le porte-parole des Verts Jean-Louis Roumégas lors d'un point-presse.
"Les jeux internes du PS paralysent une stratégie gagnante". Une attitude "dommageable" qu'il a expliqué par un contexte où la direction du PS ne veut pas perdre le soutien des fédérations à la veille du Congrès de Reims.
Pour les Verts, l'attitude du PS remet en cause la poursuite du Groupe de liaison et d'échange de la gauche.
Le CNIR a demandé une réunion d'urgence entre la direction du PS et des Verts qui se disent "disponibles dès lundi", selon M. Bock.

Publié dans Info les Verts

Commenter cet article