Contre la privatisation rampante de La Poste

Publié le par Christophe Rossignol

Réaction presse de Cécile Duflot
18 décembre 2008


Contre la privatisation rampante de La Poste


Nicolas Sarkozy, qui devait pourtant rencontrer demain syndicats et associations, a annoncé aujourd’hui que La Poste serait transformée en société anonyme ouverte aux capitaux publics. C’est une nouvelle marque de mépris pour le dialogue social. C’est une nouvelle déclaration de guerre contre le service public menée par Nicolas Sarkozy, le plus grand dérégulateur de France.
 
Comme pour France Télécom, comme pour EDF, comme pour GDF il ne s’agit pas de privatiser un service public du jour au lendemain. C’est une privatisation insidieuse et rampante : d’abord on laisse dépérir le service public par manque d’investissement. Puis on crée une « banque postale », séparée des autres activités. Voici maintenant l’étape de  la transformation en société anonyme. Viendra ensuite l’ouverture aux capitaux privés. Le processus se terminera par une privatisation totale.

Cette privatisation progressive s’accompagne d’un abandon par étape des missions de service public par La Poste. L’usager devient peu à peu un client et une cible commerciale, plus ou moins rentable. Les bureaux de postes dans les petites communes ferment, et la distribution quotidienne pour les clients « les moins rentables » est menacée. Une fois privatisée soyons certains que l’augmentation des prix bénéficiera aux actionnaires privés, comme ce fut le cas ailleurs en Europe.
 
Une  société qui se veut écologiste doit offrir des services publics performants pour tous. Ces services publics ne peuvent pas être livrés à un marché boursier qui ne raisonne qu’en profits à courts termes.

Les Verts souhaitent une mobilisation pour le service public postal le 29 janvier prochain. Nous soutenons l’action des postiers qui ne doivent pas rester seuls : l’avenir des services publics nous concerne tous.


Cécile Duflot,
Secrétaire nationale

--

Publié dans Info les Verts

Commenter cet article