Autoroute A 19 : les associations dénoncent encore

Publié le par Christophe Rossignol

Vous trouverez ci dessous un article sur l'A 19

 

http://www.environnement-france.fr/0705-autoroute-a-19-associations-denoncent-utilite

 

 

Pour mémoire, Les Elus Verts au conseil régional  ont toujours votés contre les subventions pour cette autoroute.

En cette période de crise financière, de dégradation intensive de la biodiversité, d'augmentation des pollutions....les projets d'autoroute continuent à être validées par le gouvernement !

 

 

Le 16 juin 2009, au moment de l’inauguration de l’autoroute A 19, qui assure la liaison entre Artenay et Courtenay (Loiret), la fédération France Nature Environnement (FNE), Nature Centre et les associations locales, sortaient un communiqué pour dénoncer le non sens économique et écologique de cette infrastructure. Malheureusement, le bilan chiffré, après un an d’exploitation, confirme les affirmations des associations.  


Après un an d’exploitation, cette protestation est plus que confirmée aujourd’hui, puisque les prévisions de trafic étaient gonflées de plus de 30%. Il y aurait 6000 véhicules par jour actuellement, au lieu des 9000 prévus.

Jean-Louis Posté, vice-président de Nature centre : « Il est déjà inconcevable de réaliser une autoroute pour un trafic de 9000 véhicules par jour, puisqu’il en faut 20 000 pour rentabiliser ce type d’investissement. De plus, les camions ont déserté cette voie nouvelle, non rentable pour eux. Ils continuent d’emprunter la RN 60 (route reliant Orléans à Troyes), que quelques aménagements auraient suffi à sécuriser. »


C’est l’art de faire prendre des décisions lourdes de conséquence avec des chiffres erronés, et des affirmations péremptoires. C’est du gaspillage des espaces naturels et de l’argent public, puisque l’Etat, le département et la région ont apporté au moins 80 millions € au financement de cette concession de 65 ans.

Et maintenant les promoteurs de cette autoroute A19 affirment que la rentabilité de cet investissement passe par le prolongement vers Chartres et Rouen. Précisons que, pour ce prolongement, l’Etat envisage la concession pure et simple de la route nationale 154 actuelle.


Pour Michel Dubromel, responsable du dossier « transports » pour FNE : « Les décideurs doivent investir dans le développement durable, et prendre conscience de la réduction inéluctable à moyen terme du trafic poids lourds.

Ainsi, FNE déplore le manque d’investissement sur les transports alternatifs, notamment pour la modernisation du réseau ferroviaire. Nous dénonçons tous les projets autoroutiers sans justification que le gouvernement nous impose régulièrement ». Source : FNE.

Publié dans Conseil Régional

Commenter cet article