L’ÉCOLOGIE c’est la santé

Publié le par Christophe Rossignol

 

PRÉVENIR LES MALADIES 

 

Pendant le débat sur les retraites, Nicolas Sarkozy n’a cessé de dire : « Il y a un lycéen sur deux aujourd'hui qui deviendra centenaire. ». La crise sanitaire actuelle dément totalement ce!e affirmation.

 

Chaque année, toujours plus d'enfants et de jeunes sont touchés par les cancers. Les nouveaux cas de cancer ont doublé depuis 30 ans. Les couples rencontrent des difficultés à concevoir des enfants. Les allergies, l'asthme, l'obésité et le diabète explosent.
Réduction des pesticides, interdiction de certains produits chimiques, meilleure alimentation…
Investir dans la prévention, c’est répondre à la crise sanitaire et apporter une solution innovante à l’enjeu du financement de la santé.  Les maladies chroniques représentent 60% des dépenses.
Prévenir, c’est s’attaquer à la surconsommation et à la surfacturation de médicaments : chaque année, nous dépensons 17 milliards de plus que les anglais pour nos médicaments. Autant que le déficit de la Sécu ! 
Oui à la prévention, non à une rente pour les industriels de la santé.
CONTRE LA MISÈRE ORGANISÉE POUR L’HÔPITAL
Le gouvernement persiste dans sa volonté d'aligner l'hôpital public sur les cliniques privées. Et tant pis pour les exigences du service public : accueillir tout le monde.
Les 100 millions d’euros ainsi économisés l'année prochaine sont dérisoires au regard de l'enjeu budgétaire et de la souffrance du personnel hospitalier...
La logique comptable va dans le mur et est socialement injuste. Déjà près d'un quart des Français renonce à se soigner ou diffère ses soins pour des raisons financières.
Une situation absurde qui renforce l’injustice de la crise sanitaire : l'obésité est deux fois plus élevée chez les ouvriers (14 %) que chez les cadres, et ces derniers ont une espérance de vie de 10 ans supérieure.
Il est urgent de remettre au centre de la politique de santé la recherche du bien commun. Aux intérêts privés de l’industrie du médicament, il faut instaurer la transparence, la prévention des maladies, l’éducation pour la santé. 
Nos propositions 
•Développer l'éducation à l'équilibre alimentaire, généraliser le bio, à commencer par les cantines scolaires, réglementer drastiquement la publicité à destination des enfants.
 •Luter contre le poids des lobbys – industrie pharmaceutique, chimique, agroalimentaire, sucre, alcool – et protéger par la loi les lanceurs d’alerte. 
•Pour une démocratie sanitaire : associer à la gestion des politiques de santé les malades, leurs familles, les personnels soignants, les personnels administratifs, les collectivités territoriales, la Mutualité… 
•Organiser un service régional d'éducation et de promotion de la santé, et mettre en place une politique de santé environnementale et de santé au travail. 
• Lutter contre la pollution chimique en lançant un grand Plan Chimie Saine permettant d’encadrer strictement l’utilisation de pesticides. Les perturbateurs endocriniens tels que le Bisphénol A doivent être définitivement interdits.
•Assurer la couverture du territoire par la médecine générale et par la création de Maisons de santé pluridisciplinaires. 
•Moderniser l’hôpital public en le sortant d’une logique comptable : remise en question de la tarification à l'acte, suppression des franchises. 
•Reconnaître les médecines non conventionnelles et leurs limites, en ayant pour elles les mêmes exigences que la médecine conventionnelle.

 

 

 

 

 

Publié dans Info les Verts

Commenter cet article