A10 bis : enfin une sage décision

Publié le par Christophe Rossignol

Communiqué du Collectif « NON à l'A10 bis », Le 31 janvier 2011

 

Une nouvelle version de l'avant-projet du Schéma National des Infrastructures de Transport vient de sortir.Cet avant-projet doit définir la politique de la France en matière de transports pour les 20 à 30 ans à venir. A cette occasion, la ministre de l'environnement vient d' annoncé l'abandon de l' A 10 Bis (contournement autoroutier de Tours ).

C'est avec une grande satisfaction, que nous constatons l'abandon de ce projet, dont le coût devait se situer entre 500 millions et 1 milliard d'euros, des fonds qui pourraient, nous n'en doutons pas, permettre le développement du fret ferroviaire par exemple. En février 2003 déjà, l'audit sur les Infrastructures de Transports conduit par l'Inspection Générale des Finances et le Conseil Général des Ponts et Chaussées appelait à ne pas retenir le projet de contournement "compte tenu de son coût prévisionnel dirimant pour les finances publiques.

Mais localement les lobbies du béton et du tout camion continuait à soutenir ce projet des années 70 même si ce projet porterait une atteinte irrémédiable à un paysage culturel exceptionnel, en pleine zone du patrimoine mondial de l'Unesco et risquait d'entraîner un déclassement du site comme cela s'est produit à Dresde. Ce projet détruisait la nature, le cadre de vie et portait une atteinte directe à l'activité agricole (A0C Montlouis et Vouvray) et serait susceptible de porter atteinte à l'activité touristique Par ailleurs, le projet contribuait négativement aux objectifs de réduction des émissions de CO2. . De plus La réalisation de ce tronçon autoroutier ne résolvait pas le problème des nuisances observées (secteur dit T) dans sa traversée urbaine qui est essentiellement lié au trafic urbain et péri-urbain. La mise en place d'alternatives (étoile ferroviaire, transport doux, covoiturage...) diminuerait le trafic sur l'A10 dans sa traversée urbaine.

Dans l'immédiat il faut renforcer les dispositifs pour lutter contre les pollutions atmosphériques et sonores. Il conviendrait également de tester la limitation de vitesse à 70Km/heure pour fluidifier la circulation et d'étudier la couverture de l'A10 dans sa traversée urbaine. . La mobilisation des associations et des élus locaux (maire, membres du conseil général et conseil Régional, et des parlementaires ( l'Assemblée Nationale, Sénat du Parlement Européen) a permis de faire reculer ce projet ringard, très coûteux, très polluant. En conclusion, l' avant-projet du SNIT est en consultation publique jusqu'au 27 février puis sera soumis pour avis au Conseil économique, social et environnemental avant l'été, jusqu'à un débat au Parlement avant d'être définitivement adopté. Nous restons vigilants quant aux possibles revirements qui verraient le projet autoroutier de Tours ressurgir à nouveau sous le poids des lobbies.

Pour le collectif « NON à l'A10 bis », Gilles Engels Conseiller municipal de la Ville aux Dames Christophe Rossignol Conseiller régional du Centre 06 07 49 88 21

Publié dans A l´asso

Commenter cet article