Réaction de Cécile Duflot à l’adoption de la réforme constitutionnelle

Publié le par Christophe Rossignol

Les crises des dernières années (21 avril, TCE, banlieues, CPE) et l’échec de l’hyper-présidence de Nicolas Sarkozy avaient démontré que la V° République était à bout de souffle. Cette réforme était une immense occasion pour tous ceux qui réclamaient un régime plus démocratique et ouvert. Cette occasion a été manquée.

Les droits nouveaux accordés au Parlement et à l’opposition ne sont que symboliques et masquent un renforcement du caractère présidentiel du régime. La possibilité pour le Président de s’exprimer devant le congrès fera de lui le seul chef de la majorité, réduisant un peu plus le rôle du Premier Ministre. Nicolas Sarkozy dispose donc des outils du régime présidentiel, sans que le Parlement dispose des contre-pouvoirs associés (réel droit d’opposition, impeachment).

Il est regrettable que la majorité soit restée aussi bornée et fermée sur le droit de vote donné aux résidents étrangers, la réforme du Sénat et l’introduction de la proportionnelle. La France reste un des pays d’Europe les plus fermés sur la question.

N.Sarkozy a joué à la roulette russe avec la Constitution française. Grâce à des négociations de marchands de tapis et à une voix près il a gagné. Marchandage et bidouillage sont plus que jamais les ressorts de la politique de Nicolas Sarkozy. Ce n'est pas comme ça que nous concevons une démocratie respectueuse des citoyens, car non malheureusement monsieur le Président, ce n'est pas la démocratie qui a gagné.

Publié dans Info les Verts

Commenter cet article

Cédric 21/07/2008 20:30

Je suis en phase avec la secrétaire nationale, cool! (dommage, les rétroliens sont bien pratiques!)